Camille Blaise aide les entrepreneurs à se développer

D’abord à Paris, puis à Lyon, trois amis ont fondé Neocamino, une société dédiée au développement des entreprises de moins de 20 salariés (soit 97 % des entreprises en France). Rencontre avec un entrepreneur qui livre des conseils très pratiques aux personnes qui ambitionnent de se lancer dans l’entrepreneuriat.


Comment es-tu devenu entrepreneur ?

Par amitié ! J’ai un parcours classique de développeur informatique. Je travaillais dans une startup parisienne qui venait de se faire racheter par Dassault Systèmes quand mon ami Adrian Mesures a eu l’idée de créer une entreprise pour aider les TPE à se développer avec Internet. Nous avons commencé à tester notre idée en restant salariés. Au début, on envoyait des conseils d’action à réaliser sous forme pdf toutes les semaines à nos clients. Ensuite, on a créé des espaces personnels sur notre site pour que chaque client retrouve ses conseils personnalisés. Quand on a vu que le marché était possible, nous avons créé la société Neocamino le 14 février 2012 et un troisième ami, Jean-Baptiste Goulain nous a rejoints quelques années après.

Cette aventure entrepreneuriale est un vrai plaisir parce que je suis avec des personnes que j’estime, que je trouve brillantes et qui me permettent d’être quelqu’un de meilleur.


Quelle est la mission de Neocamino ?

Notre mission est d’aider les entrepreneurs, les indépendants et les dirigeants de TPE à passer à la prochaine étape de leur développement. Nous apportons les conseils qui permettent de construire le bon cadre en fonction des ressources disponibles pour atteindre des objectifs précis. Nous proposons aussi un logiciel que nous avons développé, très simple à utiliser et tout en français, qui fournit des outils précis pour le développement commercial et le marketing de l’entreprise. Bien sûr, nous accompagnons chaque entreprise de façon individuelle comme une forme de coaching. Nous sommes des experts en outils numériques mais nous n’oublions pas que ce sont que des outils au service du développement.


Comment s’est développée votre société ?

Au début, on faisait tout nous-mêmes. En fait, nous avons grandi en même temps que notre écosystème entrepreneurial. Ce sont les premiers entrepreneurs que nous avons aidés qui nous ont permis de tout apprendre.

On doit beaucoup à nos entourages qui nous ont soutenus et donné de nombreux conseils. Au cours de notre développement, nous avons décidé de déménager à Lyon. Comme nous réalisons toutes nos prestations à distance, nous pourrions probablement être n’importe où.

Ce qui nous a permis de réussir, c’est d’être un peu « pirates ».

Nous nous sommes développés sans forcément respecter ce qui était établi ou les règles du jeu. D’où notre nom Neocamino, le nouveau chemin. À mon avis, tous les entrepreneurs sont un peu « pirates ».


Qu’est-ce qu’un entrepreneur selon toi ?

Un entrepreneur est une personne qui fait ! Il doit avoir l’œil sur tous les sujets en même temps. Dès qu’un sujet lui résiste, il cherche la solution pour le détricoter et le mettre sous contrôle.

L’entrepreneuriat m’a obligé à prendre des responsabilités et j’ai encore beaucoup à apprendre. Un entrepreneur est toujours en train d’apprendre. Je vois un peu l’entrepreneuriat comme la voile. Comme disait Éric Tabarly, le grand navigateur français, « En bateau, on sait ou ne sait pas ! ». L’entrepreneuriat, c’est pareil. Soit tu sais, soit tu ne sais pas, tu ne peux pas faire semblant.


Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut devenir entrepreneur ?

Premier conseil : trouve un premier client ! Un premier client qui te fait confiance et qui te fait un chèque. D’ailleurs, le premier client de Neocamino est toujours client chez nous.

Autre conseil : prends une feuille blanche, un crayon et écris ton objectif et le plan avec tes ressources disponibles.


Quel livre t’a particulièrement marqué ?

J’ai beaucoup apprécié « Traité du zen et de l’entretien des motocyclettes » de Robert M. Pirsig. Cet auteur américain a écrit une histoire rocambolesque, avec notamment un road trip à moto. Nous avons tous les trois apprécié ce livre et ce n’est pas sûr que nous l’ayons tous les trois interprété de la même manière. C’est cela qui est intéressant, il a plusieurs niveaux de lecture. C’est un roman qui aborde le sujet de la qualité. Sur ce point au moins, les 3 associés de Neocamino disent la même chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *