Pierre Levy, l’entrepreneur qui facilite l’approvisionnement des restaurants

De Montréal à Paris, Pierre Levy a toujours baigné dans l’entrepreneuriat et la restauration. Avec Califrais, il facilite la vie des restaurateurs en leur proposant un seul canal de livraison pour tous leurs produits. Rencontre avec un entrepreneur qui conjugue la rentabilité d’une entreprise avec sa responsabilité environnementale et sociale.


Comment es-tu devenu entrepreneur ?

Mon père est un entrepreneur qui a réalisé plein de projets. Sa plus belle réussite est une société de traiteur. J’y ai exercé beaucoup de métiers : serveur, cuisinier, maître d’hôtel. J’ai baigné dans le monde de la restauration en même temps que je me plongeais dans sa comptabilité et la gestion de son entreprise.

Le voir entreprendre m’a donné envie de devenir à mon tour entrepreneur.

J’ai suivi un MBA entrepreneuriat et finance d’entreprise à HEC Montréal. Cette ville a un écosystème entrepreneurial incroyable avec des entrepreneurs très ouverts, accessibles et inspirants. Pendant cette année à Montréal, j’ai monté, avec mes deux colocataires, une première société : Comme chez ta mère proposait des plats cuisinés avec des produits frais en livraison à des prix assez compétitifs pour faire face aux fast food. Cela me rendait triste de voir les étudiants manger des cochonneries alors qu’il est possible de manger sainement pour le même prix. On revisitait les recettes “de nos mamans” à la sauce québécoise, comme le bœuf bourguignon au sirop d’érable.


Comment est née la société Califrais ?

Pendant un stage d’été sur le marché de Rungis, j’ai compris la principale problématique des restaurateurs : l’approvisionnement. J’ai développé un projet d’entreprise qui permet aux restaurateurs de n’avoir plus qu’un seul interlocuteur pour obtenir tous les produits dont ils ont besoin. L’idée de Califrais était née. Je travaillais dessus pour mon projet d’étude HEC avec deux associés à distance : Ross Lawrence travaillait à Boston et Simon Bussy, faisait un stage à San Francisco.

J’ai décidé de revenir en France pour lancer Califrais en juillet 2014. Ma sœur et des cousins ouvraient une cantine bio dans le Xe arrondissement de Paris, le Bichat, ce qui nous a permis de réaliser nos premières livraisons.


Quelle est la mission de Califrais ?

Nous réinventons l’expérience d’approvisionnement des chefs restaurateurs. Califrais est une solution simple d’approvisionnement : un restaurateur peut commander tous ses produits frais jusqu’à minuit et il sera livré le lendemain à partir de 6h30. Nous offrons 4 000 références de poissons, viandes, fruits et légumes, crèmerie et un peu d’épicerie pour répondre à tous les besoins d’une cuisine. Plus besoin de faire appel à plusieurs fournisseurs ! Le restaurateur économise ainsi son temps et accélère sa transition digitale en passant par notre plateforme. Tout est numérique, plus de facture papier à gérer, tout est en ligne.  

Notre mission est aussi d’aider les restaurateurs à se convertir au bio et au local, article par article. Par exemple, une brasserie qui offre des plats traditionnels peut commencer par acheter des œufs bio, puis des légumes bio et ainsi de suite.


En quoi Califrais est-elle une entreprise responsable ?

Nous offrons une gamme complète de produits bio labellisés pour inciter les restaurateurs à se fournir en produits issus de l’agriculture biologique. Le fait de regrouper les marchandises en une seule livraison réduit les émissions de gaz à effets de serre. En plus, nos camions roulent au gaz naturel. Pour les dépannages de produits dans la journée, nous livrons en scooter électrique.

Nous avons aussi adopté une gestion optimisée des données. Simon, notre directeur technique attache une attention particulière à ce point. Par exemple, il veille à ce que la même information ne soit pas stockée dans plusieurs endroits à la fois. Il a même développé un laboratoire de recherche en machine learning pour optimiser toute la chaîne d’approvisionnement.

Sur le plan social, cela me tient à cœur d’embaucher tous nos livreurs en CDI. Cela m’avait beaucoup marqué dans mes autres expériences : les livreurs sont souvent mal considérés et accumulent des emplois précaires mal payés. Chez Califrais, nous mettons tout en œuvre pour améliorer leurs conditions de travail et nous les considérons à leur juste valeur : sans eux, pas de livraisons fiables.           


Qu’est-ce qu’un entrepreneur selon toi ?

Un entrepreneur est quelqu’un qui a envie de créer et qui a moins peur de prendre des risques que la moyenne des gens. Au démarrage, l’entrepreneuriat nécessite des sacrifices. Il faut donc être capable de s’engager véritablement.

Pour moi, l’entrepreneuriat représente un défi et l’envie de faire la différence, c’est-à-dire d’avoir impact positif sur la société.


Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui veut devenir entrepreneur ?

Si tu en as envie, vas-y ! Le seul conseil que je pourrais donner est de travailler directement sur le terrain. Le marketing, la finance, c’est important mais il ne faut jamais s’éloigner du concret. Je vois trop d’entrepreneurs qui pensent à beaucoup de choses, comme leur levée de fonds, mais pas assez à leur produit.

Quand on se lance, il faut d’abord comprendre sa structure de coût et bien garder en tête que l’objectif premier est de monter un projet rentable.


Quel livre t’a marqué récemment ?

J’ai adoré « L’entreprise du bonheur » de Tony Hsieh, le cofondateur de Zappos. Pour monter un projet, il explique que tout part du besoin du client. Pas de créer de nouveaux besoins. Dans une entreprise, c’est pareil : tout part du besoin du salarié ! J’aime beaucoup cette idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *